Critiques,  SERIES

The Mandalorian – Jon Favreau

C’est une chance que d’avoir regardé la saga Star Wars juste avant la sortie de la série non ? Ne me tapez pas, je n’avais jamais vu Star Wars avant qu’on ne m’y oblige… Et au final, j’ai grave aimé, alors ne m’en voulez pas.

Dans cette critique, je détaille certains passages de chaque épisode, donc si vous voulez mon avis sans passer par les spoilers, allez directement à la conclusion !
Je ne vais rien mettre en rouge, auquel cas vous allez devoir lire une critique FULL RED. En revanche, je vais tout de même vous mettre les paragraphes sans spoiler en vert. (Traduction, lisez que ce qui est en vert et la conclusion, <333)

Je me suis faite spoilé, comme tout le monde par des memes déjà très présents le jour de la sortie de la série de « Bébé Yoda ». Sur le coup, j’en avais que faire parce que je ne comptais pas vraiment la regarder. Puis, je me suis dit « pourquoi pas ? » 

Sur le coup, je ne comprenais pas en quoi Bébé Yoda pouvait être un spoiler, mais j’ai vite compris la raison et je regrettais amèrement d’avoir rigolé à des memes avec « Bébé Yoda » dedans.

Synopsis : Entre la chute de l’Empire et l’émergence du Premier Ordre, nous suivons un chasseur de primes solitaires dans les contrées les plus éloignées de la Galaxie, loin de l’autorité de la Nouvelle République. Mais une de ses primes pourrait bien lui changer la vie.

Je n’ai pas vu la bande annonce avant de me lancer dans le premier épisode, et je pense que c’est la meilleure idée que j’ai eue. 

Visuellement, la série est magnifique. La colorimétrie, l’ambiance, les effets spéciaux, les costumes sont à mon sens grandioses. Nous pouvons retrouver des lieux phares des films et se sentir par moment nostalgique en repensant à certaines scènes qui s’y sont produites. 

Je n’ai vraiment rien à dire là-dessous, j’en ai vraiment pris pleins les yeux. Et puis… Bébé Yoda m’a hypnotisé. 

Globalement, j’ai trouvé le rythme pas très égal et je me suis ennuyée pendant le milieu de la série. J’ai apprécié les trois premiers, haussé les sourcils de dédain durant les trois suivants puis j’ai été soulagée durant les deux derniers. 

C’est pour cela que je vais parler de quelques épisodes un peu plus en détails. 

Concernant les épisodes 1/2/3, j’étais curieuse de savoir où tout cela nous menait. Je ne connaissais pas l’histoire alors j’avais soif de connaissance. J’étais à fond dedans puis mon intérêt baissé petit à petit. J’ai trouvé la trajectoire de l’histoire très très facile et très téléphonée malheureusement. 

Je pense que le pire c’était les épisodes 4/5/6. On tombe soudainement dans une série où chaque épisode a son histoire. Un début et une fin. 

Dans l’épisode 4, on a le stéréotype de la rencontre entre une nana badass, stylée et hyper forte (Cara, jouée par Gina Carano) et le héros principal (Le Mandalorien, dit Mando, joué par Pedro Pascal). Bien évidemment, on sait pertinemment qu’elle va l’aider dans ses quêtes MAIS la rencontre va mal se passer et ils vont se bagarrer. Bingo. 

Egalement lorsque Mando refuse d’aider les habitants du petit village. Il y a cette séquence ridicule où deux villageois viennent demander de l’aide à Mando qui est entrain de trafiquer son vaisseau. Il refuse de les aider car il n’y gagne pas assez. Et les deux villageois repartent, déçus, sans avoir pousser trop loin et en s’apitoyant sur leur sort.  BIEN SUUUUUR que Mando va se retourner et dire « oh, finalement je change d’avis ! » Bah oui, parce que sinon, quel intérêt de faire un épisode où Mando atterrit par PUR HASARD sur une zone où il y a un petit village indépendant ? Sérieusement…

Et ce passage où Mando et Cara aident les villageois à apprendre à se défendre, j’ai trouvé l’ellipse assez mal faite. Outre le fait qu’on comprend, au moment de la bataille avec leur ennemi qu’ils sont enfin prêts, on a l’impression qu’entre le début de leur entrainement et la bataille, il ne s’est écoulé qu’une seule journée. Ça m’a un peu gêné, j’avoue.

Dans l’épisode 5, j’ai trouvé qu’il y avait pleins de contre-sens. Pourquoi Mando semble se faire autant de sang d’encre pour le bébé alors qu’il le laisse dans un vaisseau, seul ? Dans les bras d’une inconnue garagiste ? Et surtout, s’il souhaite le protéger, pourquoi l’emmène-t-il avec lui dans sa recherche de primes alors qu’il aurait pu être encore plus en sécurité s’il l’avait laissé chez les villageois, qui je le rappelle sont maintenant formé à se protéger et se battre ? 

Puis, on retrouve encore un stéréotype : Le héros fait équipe avec une autre personne (et puis si elle est hautaine et pète plus haut que ce que vous savez, c’est encore mieux) et cette dite personne décide de le trahir. OH MAIS QUELLE SURPRISE. 

Enfin bref, comme dans l’épisode précédent, tout est très facile pour Mando, il tue tout le monde avec une aisance incroyable et repart pour une prochaine prime. Fabuleux. 

Puis, dans l’épisode 6, on retrouve le cliché de la fabuleuse équipe de bras cassés, qui se croit fantastique (alors que non) mais qui doit faire équipe avec le héros. Bien entendu, tout le monde est jaloux de lui et ne veulent pas faire équipe avec, sauf que : pas le choix. 

Encore une histoire de trahison (cette fois ci Mando qui aurait trahi pour ses propres valeurs son équipe d’antan) mais qui n’aboutit à pas grand-chose, c’était pour le coup pas très approfondi. 

Est-ce que je parle aussi du fait que la femme (Twi’Iek Xi’an, jouée par Natalia Tena) est atrocement inspirée de Harley Quinn (autant son physiquement que son mental et SES MANIERES INSUPPORTABLES) et que « l’homme fort » (Dévaronien Burg, joué par Clancy Brown) inspiré également par un personnage de Comics, Hell Boy. Joli clin d’œil (qui était trop voyant pour être un petit clin d’œil) à DC Comics.  

Enfin l’épopée de trois épisodes assez bancals, on arrive enfin sur les deux derniers épisodes qui étaient selon moi les meilleurs de la saison 1. Heureusement, on retrouve Cara dans l’épisode 7. Je me suis demandé si tout le long de la saison on allait rencontrer des personnages qui n’allaient avoir qu’une utilisation individuelle. 

J’ai quand même pris des sacrés fous rires, notamment avec quatre moments particuliers : 

  • Lors de l’ouverture de l’épisode (si mes souvenirs sont bons), on retrouve les deux Stormtrooper qui ont récupérés Bébé Yoda dans un sac. La séquence est assez comique, puisqu’un des Stormtrooper souhaite voir le visage de cette « chose » qu’est Bébé Yoda et l’autre ne veut pas ouvrir le sac de peur qu’il s’échappe. S’installe un rythme lent, très drôle et on s’immisce dans la vie « réelle », un peu hors travail des Stormtrooper. 
  • Lorsque Kuiil (joué par Nick Nolte) part avec le bébé dans les bras, parcourant monts et déserts volcaniques sur le dos de son blurrg. Musique épique mais c’était juste trop drôle et pas crédible. Mais c’est personnel, vraiment, la manière dont cette bête court m’a achevée.
  • Lorsqu’IG-11 (avec la voix de Taika Waititi) arrive sur le lieu de la bataille finale, certains Stormtrooper ont joués très très mal leur cascade. Mauvais rythme, ils se lançaient à terre avant même qu’IG-11 n’est tiré quoique ce soit. Dommage ! 
  • Et enfin, quand Greef (joué par Carl Weathers) demande à Bébé Yoda de faire « son truc avec la main » (en sous entendant d’utiliser ses pouvoirs) en l’imitant et que, littéralement, Bébé Yoda l’imite à son tour, sans comprendre ce qu’il lui demande. J’ai beaucoup trop rigolé à ce passage, étant donné qu’il y avait un ton assez dramatique à cette scène et que ça a tout cassé d’un coup net. 

CONCLUSION

C’était un peu les montagnes russes. J’ai beaucoup aimé l’entrée en la matière, détesté le milieu, le rythme et les choix scénaristiques que j’ai trouvé énormément téléphonés. Cependant, Jon Favreau s’en est bien tiré avec les deux derniers épisodes, qui relève le niveau ainsi que l’histoire. 

Note : 7/10

J’ai passé de bons moments devant ce petit bout d’univers de Star Wars.

Pendant trois quart du tempsj’étais hypnotisée par le Bébé Yoda, de toute manière. 

Hâte de voir la saison 2, en espérant que le schéma de narration soit un poil différent. 

Un commentaire

  • LeaG

    Je n’apprécie pas trop « the mandalorian » mais j’avoue que ta critique m’a donner envie de retenté le coup, peut être que je vais passer un bon moment comme toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *