Emily In Paris – Darren Star

Je ne sais toujours pas pourquoi ni comment j’ai pu cliquer sur cette série, mais je l’ai pratiquement bingwatché en une soirée.

Spoiler alert, en rouge.

Synopsis : Sa vie à Chicago est parfaite et pourtant ; Emily décide de remplacer sa patronne et part à sa place dans une entreprise où elle devra gérer le marketing de client de Luxe à Paris, pendant une année entière. Entre cliché et réalité, l’Américaine âgée d’une vingtaine d’année va faire face à de multiples facettes de la France…

Je pense que j’avais envie de me changer les idées et de poser mon cerveau le temps de quelques épisodes. Figurez-vous que ça a plutôt bien marché et que je ne regrette absolument pas d’avoir regardé cette série, pourtant loin d’être parfaite.

Tout d’abord, c’est une série à clairement regarder en version original pour avoir réellement l’ambiance de la série en elle-même. J’ai écouté par curiosité la version française, j’ai cru que j’allais mourir (j’exagère). Dans la VO, il est dit qu’Emily ne parle pas du tout le français. Dans la VF, il est dit qu’Emily parle avec un très très fort accent. Si vous pensez que c’était cliché, alors en version française, c’est PIRE. C’est atroce à écouter, vraiment. Il vaut mieux prendre un peu de son temps à lire les sous titres qu’à écouter l’horrible doublage. Vraiment.

L’ouverture de l’épisode 1 mérite que je lui fasse un petit paragraphe à elle toute seule, puisque je suis mitigée.

On a vraiment 4min30 d’opening où tout s’enchaîne vite. Emily est bonne dans son domaine de marketing, Emily voit sa boss partir à paris, mais la boss finie par vomir ses tripes et apprend qu’elle est enceinte. Emily décide de partir à Paris même si ce n’était pas dans ses projets. Emily sourit de toutes ses dents jusqu’à la 4e minute ou elle est enfin dans une voiture à Paris. Je suis totalement mitigée parce que j’aurai adoré voir plus de sa vie à Chicago, cependant je savais que je regardais une série où Emily EST A PARIS. Donc ai-je le droit de me plaindre ? Quand bien même, l’épisode fait seulement une demie heure, je me doute bien que ça n’est pas le but de la série de passer un demi épisode à Chicago.

Je ne sais pas vous mais j’ai des critères pour définir si une œuvre audiovisuelle est classique, prend des risques ou carrément originale. Concernant Emily In Paris, je ne vois rien à part du CLA-SSI-QUE. Un scénario banal à souhait, aucune prise de risque dans la réalisation, aucun message quelconque à faire passer dans celle-ci (bon, ce n’est pas non plus le but de ce genre de série, on va pas se le cacher), des acteurs qui ont une gueule parfaite (sauf un mais c’est au final le personnage que j’aime le plus) et des jeux d’acteurs vraiment bateau…

Mais je dirai qu’on ne regarde pas cette série pour voir de l’art et une histoire fabuleuse. Personnellement, j’ai vraiment posé mon cerveau à côté de moi sur le canapé et j’ai admiré Paris d’un regard extérieur.

Aaaah les clichés parisiens et français dans la même série, dansant avec les clichés américains également. Beaucoup disent que c’est un point noir de la série : trop de clichés. Je dirai justement que j’ai adoré ce côté-là de la série. Pourquoi ? Parce que, outre le fait que ce soit caricaturé et extrapolé, c’est loin d’être faux. Ce qui m’a fait rire et qui m’a permis d’être à « fond » dans la série (je mets des guillemets parce que faut pas pousser mémé non plus) c’est de reconnaître certaines situations : soit déjà vécu, soit déjà entendu par une tierce personne. J’avais l’impression d’avoir des private joke tout le long de la série et entre nous, j’ai beaucoup aimé. (je pense que le fait de vivre à Paris m’a aidé à apprécier encore plus la série, d’un autre angle)

Le rythme m’a globalement plu, c’est facile, rapide et ça sait où ça nous mène. En revanche, je n’ai pas aimé la sur-présence des vannes lourdes et bêtes (mais ça fait un peu son charme, je le reconnais) et encore moins les moments de gêne. C’est un choix de la part de la série qui peut plaire (un peu à la manière de la série Faking It ou The Good Place) mais c’est vraiment un genre qui me crispe facilement et je ne suis pas à l’aise avec ça.

J’ai apprécié cependant voir un mélange entre des acteurs français et des acteurs américains. Il y avait la patte des séries américaines mélangée à celle des séries françaises. Les séries Américaines on y croit, on est toujours dedans et les acteurs jouent relativement bien. Dans les séries françaises, c’est toujours un challenge plus compliqué surtout selon le genre qu’on nous propose (exemple : Marianne de Samuel Bodin). C’est donc sympa de voir cette symbiose originale, ce mix que nous offre Netflix.

Parlons acteurs ! L’actrice principale qui joue Emily (Lily Collins, qui est également la productrice) colle parfaitement au ton de la série. Dommage qu’elle ait toujours la même tronche quand il s’agit de jouer la gêne, le choc, la désolation… Elle a un peu une tête à claque par moment. Le personnage de Sylvie (jouée par Philippine Leroy-Beaulieu) est ma préférée ! Typiquement représentatif de certaines personnes que j’ai déjà pu rencontrer dans un bureau. Mais je tairais les noms 🙂 Malgré un sur jeu quasi constant, on se rend vite compte que c’est aussi représentatif de la réalité… Adoré le personnage de Luke aussi (joué par Bruno Gouery) et Julien (joué par Samuel Arnold) que j’avais hâte de voir à chaque fois qu’on rentrait dans les bureaux de Savoir. Toujours pince sans rire, toujours des ragots et des situations cocasses (qui, pour certaines étaient clairement inspirés de ce qu’on peut vivre entre collègues…)

A ce niveau-là, j’ai trouvé que beaucoup d’acteurs masculins se ressemblaient énormément. J’ai même confondu le personnage d’Antoine Lambert et Mathieu Cadault, respectivement joué par William Abadie et Charles Martins. Bon, je reconnais que Gabriel (joué par Lucas Bravo) n’a pas été confondu avec quiconque… Dommage que la série soit resté autant dans des clichés de beauté, mais c’est loin d’être la seule !

Pour information et si vous êtes fervents des erreurs de tournage (Michel ? Oui Michel ! (T’as la ref ?)) j’ai noté dans l’épisode 7 à 1 minute un joli reflet de l’équipe de tournage et du travelling dans la fenêtre ! C’était le plus gros faux raccord que j’ai vu, bien qu’il y en est pas mal dans chaque épisode. Mais rien de grave non plus.

CONCLUSION

C’est une série à regarder pour se vider la tête et apprécier la simplicité et la bonne ambiance parfois loufoque. Un moment de détente à s’octroyer une fois qu’on a passé la journée dans le métro et dans des bureaux remplis de bobos Parisiens.

Note : 6,5/10

Ce n’est pas une grande série à nécessairement regarder, cependant c’est léger si on veut faire une pause intellectuelle. Des acteurs ok, un scénario sans grande surprise et un visuel ok, on se laisse porter par le charme de l’accent américain lorsqu’ils parlent français.

1 commentaire sur “Emily In Paris – Darren Star

  1. J’ai été d’accord avec toi tout du long, j’avais hâte de lire ta critique sur cette série, et comme toujours, d’accord sur tous les points avec toi. La série manque légèrement de justesse mais c’est presque ce qu’on apprécie le plus!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *