Critiques,  SERIES

American Vandal S2 – Tony Yacenda, Dan Perrault et Dan Lagana

Quoi de mieux quand on a aimé une saison 1, de continuer une série avec la saison suivante ? Suite à la première saison, j’ai été fortement intriguée par la seconde. Mais je savais que pour cette dernière, me garder intéressée aller s’avérer beaucoup plus complexe.

Synopsis : Après avoir été interpellé par la production Netflix, Peter et Sam ont un budget pour réaliser un second documentaire. Dans un lycée privé, un inconnu qui se fait appeler « Le Chieur Masqué » a piégé la limonade avec du Maltitol, ce qui donne une diarrhée à tous les lycéens présents. Kevin McClain est inculpé et s’est par la suite dénoncé. Seulement, les vidéos de l’audition de police montrent un Kevin qui s’est dénoncé à cause de la pression. L’enquête est donc rouverte, du côté de nos deux documentaristes.

Trailer VO

Encore passé les dessins de phallus sur les voitures, mais voir de la diarrhée et du caca tout le long du visionnage de la saison m’a un peu foutu la gerbe. J’ai, à contrario avec la saison 1, eu du mal à faire passer le caca sur le second plan de l’histoire. Bien évidemment, la réalisation prêtait beaucoup moins a ce que tout ça soit oublié et était beaucoup plus présent à l’image que les dessins phalliques de la première saison.

La réalisation du documentaire a été beaucoup plus poussée, beaucoup plus recherchée. Il y avait beaucoup plus de plans de coupe, de reconstitution intégrés dedans.

Ils sont allés encore plus loin dans l’histoire. Celle-ci était beaucoup plus complexe que la première et rien n’était laissé au hasard. Le rythme est très bon car on se fait avoir à chaque fois. On croit tenir le coupable, puis on nous propose déjà un autre coupable. On se fait mener en bateau totalement.

Il y a également de nouveaux supports présentés, tels que les téléphones, les mails, les vidéos de surveillance, les vidéos privées et les photos. Nous en avions bien évidemment dans la saison 1 mais dans la saison 2, c’est encore plus présent.

Il y a même une reconstitution d’une soirée seulement basée sur toutes les vidéos prises par le téléphone de chacun des invités. Ça me rappelle un projet que j’avais regardé il y a plusieurs années, qui s’appelait WEI. Nous avions une timeline de montage, avec le téléphone de chacun et nous devions suivre chaque point de vue pour savoir qui était l’auteur du meurtre. Très bon film interactif, mais je ne sais pas encore s’il est activé sur son site.

Bande annonce VF

http://wei-or-die.nouvelles-ecritures.francetv.fr/ – Le film juste ici !

J’ai trouvé la saison 2 d’autant plus dénonciatrice. Il y avait la religion, la popularité, la classe sociale, la couleur de peau, le favoritisme, le cyber harcèlement et les sections de sport en Amérique. C’est très direct mais très politiquement correct pourtant. Ca ne mâche pas ses mots et ça assume son discours. Et ça, c’est un super bon point pour une série de cette envergure, et un gros risque car il est mélangé avec une histoire de caca très borderline.

La fin est beaucoup plus concluante que la saison 1. On a une réponse concrète, avec une explication détaillée. J’ai été beaucoup plus convaincue par celle-ci. On a eu la fin qu’ont mérité, même si, la fin peut ne pas plaire.

CONCLUSION

Une saison plus dénonciatrice, plus cheatée, plus borderline que la première. Beaucoup plus de prises de risque et c’est ce qu’on aime ici.

Note : 7,5/10

Oui, mais pas le caca. Vraiment, j’aime pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *